• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Des randonnées pour les professionnels

Des randonnées pour les professionnels - Greg Hurtubise

Si j’avais écouté Alexandre, je ne serais pas passé par ce chemin boueux pour aller à ce point de rendez-vous. J’avais suivi mon ami dans une randonnée à vélo, avec quelques autres personnes tout aussi entraînées que lui, et ils m’avaient rapidement distanciés, sauf Alexandre, qui n’avait pas voulu me laisser seul. Je peinais énormément dans les pentes abruptes, tout comme dans les côtes trop prononcées, je m’essoufflais dans les lignes droites où je ne pouvais pas suivre mon ami, tant il était rapide, et moi, peu entraîné à pratiquer ce sport. Je finis par lui proposer de me donner les coordonnées d’un lieu où nous pourrions nous retrouver. Il préféra me retrouver sur l’aire de stationnement où nous avions laissé nos véhicules. C’était une excellente idée, car j’avais gardé ce lieu dans la mémoire d’une application sur mon téléphone cellulaire. Il me prévint que deux routes y menaient et que je ne devais pas prendre la voie la plus abrupte.

Il m’expliqua qu’elle était souvent humide, car un réseau souterrain d’eau parvenait, de temps en temps, à se frayer un chemin vers la surface, exactement en haut de cette voie. Au début, elle semblait facile à prendre, mais elle se révélait impossible à franchir, sauf par des habitués de ce type de sport, ce qui, mais il n’eut pas besoin de le préciser, n’était pas mon cas. Je me suis entêté, car je voulais montrer que je pouvais monter sur une telle pente. C’était un défi que je voulais relever. C’était une très mauvaise idée. Je dus appeler les autres participants pour qu’ils viennent me porter secours. L’un d’eux avait une corde, que j’ai enroulée dans un premier temps autour de mon vélo, pour qu’il soit remonté, puis ils me l’ont lancée de nouveau pour que je l’enroule autour de moi.

Je n’avais pas de baudrier ni aucune autre sécurité, mais je savais que je ne resterais pas longtemps accroché de cette façon. J’ai été félicité, car j’étais allé au-delà d’une limite que certains n’avaient jamais franchie. Ils avouèrent avoir tous essayé de passer par ce chemin impraticable. C’était la raison de la présence de la corde dans le coffre de l’automobile d’Yvon. Je l’ai eu au téléphone le mardi de la semaine suivante, alors que j’étais avec mon conseiller financier Montréal. La fin de semaine suivante, je suis retourné me promener avec eux, mais j’ai été plus raisonnable, et finalement, j’ai pu les suivre. J’en étais très content.

 

The author:

author

Vous êtes déprimé, vous cherchez le moral via le web: me voilà! Je suis un coach de vie certifié mais avant tout un grand amoureux de la vie. À travers ce blogue, vous aurez la chance de me lire et de découvrir mon entrain et mon optimisme au quotidien. Alors quand vous allez les blues, ouvrez le Web…et venez me lire. Non, vous ne serez pas déçu!